Voyage post-congrès à l’Île de Pâques

Nous vous invitons à nous rencontrer à nouveau après ces 7 jours de congrès, en continuant à découvrir l’enseignement sacré dans une traversée à la GRANDE ÎLE… Rapa Nui.

Bienvenues frères du monde !

 

 

 

RAPA NUI

Dans les pyramides d’Égypte, dans l’avancée de l’astronomie de la culture maya, dans les récits mystérieux de l’Inde, ou sans aller plus loin dans la mythique Île de Pâques, nous retrouvons des indices du temps qui échappe à l’acquis, toujours empirique, des personnes qui l’étudient. Dans tout cela se sont levées des théories et des spéculations, provenant des plus divers courants d’investigation, qui ont maintenu jusqu’à aujourd’hui l’humanité dans l’incertitude.

RAPA NUI (grande île) ou TE PITO O TE HENÚA (le nombril du monde), est ainsi connue comme l’Île de Pâques. Toutefois, ce que l’on a mentionné, qui est de savoir mondial, las anciens sages de l’île nous indiquent qu’il existe un nom plus sacré par lequel elle est connue comme : TE PITO KURA (le nombril de lumière ou nombril qui guéris), dont nous avons précisément la représentation physique dans la même île dans le AHU (Sanctuaire ou Trône), qui porte ce nom, dans lequel nous retrouvons un des Moai le plus spectaculaire en dimension et en poids (10 mètres de hauteur, avec plus de 70 tonnes).

Singulièrement à environ 40 mètres à la gauche de cet AHU, on retrouve une grande roche de forme ovoïde et complètement polie. Elle est entourée par un mur de pierre et par quatre autres pierres qui créent imaginairement un carré et à la fois une forme de « x ».

 

 

 

 

La légende raconte que Ariki Hotu Matua'a, le premier roi de la dynastie Rapa Nui, est arrivé à l’île de Pâques en amenant avec lui cette énorme pierre porteuse de mana (pouvoir spirituel octroyé par les dieux).

Jusqu’ici nous pouvons déjà avertir de manière inspirée certains synchronismes sémantiques, anthropologiques, archéologiques et mystiques avec d’autres civilisations et peuples qui sont venus par la suite.

Le V.M. Samaël Aun Weor nous indique:

« L’Anthropologie gnostique est une anthropologie psychanalytique. Nous, à travers de la Psychanalyse nous pouvons extraire de chaque pierre, niche, pyramide, tombe, etc., les principes psychologiques contenus dans telles pièces. »

 

La suggestion que nous fait le V.M. Samaël Aun Weor, nous laisse entrevoir le principe de base, par quel intermédiaire nous pourrons saisir les éléments spirituels contenus dans les mystérieux messages de cette île du Pacifique Sud : la méditation.

Dans un des livres du Maître, nous retrouvons plus de traces que nous devons considérer pour commencer notre investigation, qui dans son ultime instance, nous les comprendront en état conforme de conscience.

Là, il nous dévoile ce qui suit :

 « Il résulte ostensible que le Miocène eût son propre scénario dans l’antique terre lémurienne. Mais réfléchissons un peu. Où est-ce que la Lémurie fut située ? Dans l’Océan Pacifique, cela est évident. Elle couvrait une vaste zone de cette mer. À travers de dix mille ans de tremblements de terre, elle se retrouva submergée peu à peu à travers les vagues furieuses de l’océan. Mais, il est resté des vestiges de la Lémurie, dans l’Océanie, l’Australie, l’Île de Pâques, etc. »

 

 

 

Le continent MÛ ou Lémurie d’autrefois qui a laissé la mystique Îles de Pâques, suite à son naufrage dans les eaux de l’océan Pacifique, nous amène à se remémorer un processus intime cosmique, clé pour les humanités futures et pour nos vies actuelles. MÛ, terres dont les anciens sages de la haute Cuzco se rappellent encore comme Hatum-Pachamama, Mère Patrie.

Frères, dans ces terres d’accueil nous pourrons avoir, à chacun, l’opportunité d’accéder physiquement et internement, à travers Dieu, aux aspects hermétiques qui encore subsistent sur RAPA NUI et considérer que d’une certaine façon ce sont des terres de ce lieu spirituel que nous avons été exilés.

Iorana ! (À bientôt, en langue Rapa Nui)

Сачак (Ламперия) http://www.emsien3.com/sachak от ЕМСИЕН-3
Дюшеме http://www.emsien3.com/дюшеме от EMSIEN-3